Sèves et chants d’herbes de Delphine Roux : immersion poétique dans la nature

Que vient faire ce très beau livre de poésie de Delphine Roux sur mon blog ? Si vous connaissez son travail, vous avez probablement senti, comme moi, son profond lien avec le Japon, son écriture japonisante dans son doux roman Kokoro, son sens du détail, sa facilité à capter la beauté, la magie de l’instant dans ses livres pour enfants. Tout cela me fait dire que Delphine a une âme et une plume japonaises.

Elle revient pour notre plus grand bonheur avec un très beau recueil aux éditions La chouette imprévue : Sèves et chants d’herbes. Des poésies en vers libres, des instantanés de nature captés à la façon des haïkus, mais avec un peu plus de longueur, ce qui permet de multiplier les sens et les sensations. Dans un même poème, il y a des couleurs, des petits bruits, des plantes qu’on touche, des odeurs de terre, des goûts d’herbe …

Ces poèmes titillent tous les sens, on plonge au ras du sol, on observe, on sent, on touche, on met les doigts comme un enfant, on les porte à la bouche. La nature y est minuscule, on se rêve fourmi.

C’est un bonheur de lecture, une succession d’images radieuses, de tableaux impressionnistes qui se regardent de loin, et de tableaux naïfs sur lesquels on se penche à la recherche de petits détails, petites bêtes, petites plantes, peuple de l’herbe. Des tableaux animés dans lesquels humains, animaux et plantes communiquent, chantent, dansent.

Un livre qui réjouit et qui invite à pousser la porte, à partir vers les bois ou la campagne environnante, pour goûter la nature et s’y plonger avec délice !

C’est de plus un très bel objet, avec une couverture fenêtre ronde (comme celles donnant sur un jardin japonais), ouvrant sur un superbe collage végétal d’Hélène Héniquez. Un petit format carré, un papier de très bonne qualité, une mise en page sobre et aérée qui donne toute sa place aux poèmes qui respirent.

Là-bas le marais

Poussières de copeaux
Étole de brume
Bruissements délicats
Tes semelles se fondent dans l’humus

Oreilles rougies
Corps raidis sous la pluie
À contre-courant le marais se déforme

Tête levée
Une plume en vrille
Nargue le terrestre et ton sourire figé

Progresser tout de même
L’œuf
d’un martin en main

Auteur : lirelejapon

Passionnée par le Japon et sa littérature, j'essaie à travers ce blog de vous transmettre cette passion et de vous livrer mes impressions de lecture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s