Un bruit de balançoire de Christian Bobin : nature, poésie, Ryôkan …

J’ai découvert Christian Bobin il y a peu, et depuis je déguste tous les livres qu’il publie. Je ne pouvais que tomber sous le charme de ce petit livre, recueil de lettres écrites à des êtres chers, femmes, amis, du passé ou du présent, mais également à des choses, son pauvre bol, un nuage, un vieil escalier … avec au fil des pages la compagnie du poète Ryôkan (dont vous pouvez découvrir les écrits en Folio).

J’ai pour habitude de prendre quelques notes quand je lis, de noter les phrases qui me touchent particulièrement … mais impossible avec ce livre, j’avais envie de tout noter, tout recopier, tout mémoriser, car chaque mot, chaque ligne résonne fortement en moi !

Ryôkan est son ami de nature, de contemplation, de rien. La poésie est partout, dans les mots de poètes amis, dans la forêt, dans le chant d’un oiseau, le vol d’un moucheron. Tout est source d’enchantement, d’apaisement, de méditation. Ce livre très japonais est et restera mon livre de chevet !

Et puisque mes mots viennent difficilement pour exprimer ce que je peux ressentir, je préfère vous offrir ceux de Christian Bobin :

Ruisseau : Aucun bruit dans la forêt, sinon le poème inlassable d’un ruisseau, sa petite voix claire : « Je disparais quand j’apparais. »

Mousse (élément japonais par excellence) : J’allais oublier la mousse. Importante, la mousse. Elle habillait luxueusement le bas de l’arbre, adoucissait le sort de quelques pierres bossues, granitiques sorcières. Nous étions près du Morvan, à l’entrée ouest du paradis qui ne gardait personne. Les moucherons jouaient comme des fous, descendaient, montaient dans le puits de lumière.

Nuages : La vie passe à la vitesse d’un cri d’oiseau. Et puis il y a cette lenteur hypnotique des nuages. Cette poitrine ouverte dans le bleu et ce cœur enneigé qui s’offre à notre cœur.

Et le Japon : Je n’ai jamais mis les pieds au Japon mais je connais très bien ce pays. Je le connais par la goutte d’eau d’un silence qui éclate sur le carrelage d’un poème de Ryokan.

Auteur : lirelejapon

Passionnée par le Japon et sa littérature, j'essaie à travers ce blog de vous transmettre cette passion et de vous livrer mes impressions de lecture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s